Sous le signe de la poésie

L’écriture, une déchirure ?

Poser des mots sur l’indicible

Ouvrir le champ des possibles

Écrire sur les ruptures

Se livrer sans autocensure

Écrire, c’est prendre de la distance

Écrire, c’est exprimer sa différence

Écrire, c’est se mettre à nu

Écrire, c’est dire ce qu’on a tu

Écrire, c’est la finesse

Écrire, c’est l’allégresse

Écrire, c’est la légèreté

Écrire, c’est la liberté

Élodie Giraudier

********************************

Être libre

Être libre, c’est briser les chaînes

Être libre, c’est enlever les rênes

Être libre, c’est résister à la pression

Être libre, c’est suivre ses impressions

Être libre, c’est respecter les autres

Être libre, c’est oublier les autres

Être libre, c’est assumer ses choix

Être libre, c’est se sentir en émoi

Être libre, c’est s’affranchir

Être libre, c’est choisir

Être libre, c’est résister à la société de consommation

Être libre, c’est refuser les injonctions

Être libre, c’est essayer pour ne pas regretter

Être libre, c’est méditer

Être libre, c’est être à contre-courant

Être libre, c’est suivre son propre courant

Être libre, c’est ne pas être addict

Être libre, c’est aussi addictif

Élodie Giraudier

********************************************

LE CHOCOLAT

Le chocolat est promesse,

Promesse

De félicité et de volupté en offrant au palais une caresse,

Le chocolat est rencontre,

Rencontre

D’une gourmandise et de papilles qu’elle émoustille,

Le chocolat est sensation,

Sensation

D’une exquise friandise qu’une envie enrobée de tentation attise,

Le chocolat est voyage,

Voyage

En chanson avec Nathalie sur la place Rouge pour au café Pouchkine boire un chocolat,

Le chocolat est jouissance,

Jouissance

D’une bouche croquante et d’une bouchée fondante,

Le chocolat est alliance,

Alliance

De désir, de plaisir et parfois après de repentir,

Le chocolat est sensualité

Sensualité

D’un petit baiser qu’on se délecte à savourer.

Rosy Gérardin

*************************

LE LIVRE

Le livre est un ami de papier, un compagnon qu’on emporte et qui vous transporte,

Le livre est un voyageur qui d’un carton en vrac rejoindra l’étagère d’une bibliothèque puis circulera de main en main , de lieu en lieu, de lecteur en lecteur,

Le livre est une tendresse, celle de la main qui le tient et qui en caresse le papier, la couverture, la reliure,

Le livre est une odeur singulière de papier, de colle, d’encre, une imprégnation du parfum de l’endroit où il sera conservé,

Le livre est une histoire pas seulement celle qu’il raconte mais celle de celui qui va le tenir, l’abriter, le tacher, l’annoter, le corner, le camoufler, l’exhiber, l’aimer, le dévorer, le malmener, le détester, le lâcher, y glisser une fleur ou une herbe longue sur la pliure d’une page,

Le livre est un rêve éveillé celui de voir, là, posés sur le papier les mots que le lecteur pense découvrir et qui pourtant sont ceux qui reflètent précisément ses propres pensées,

Le livre est un cauchemar , un véritable rasoir pour celui que la lecture n’attire,

Le livre est un bazar d’ouvrages éparpillés, empoussiérés, mal empilés, se chevauchant pêle-mêle couvertures fermées ou s’ouvrant tels des éventails,

Le livre est un joyau posé là sur un lutrin tel un bijou dans un écrin,

Le livre est une prétention, une intuition, celles de choisir le lecteur dont il captivera la ferveur,

Le livre est un moment passé à lire, rire, souffrir, sourire, blêmir, frémir, parfois même s’assoupir,

Le livre est une succession de mots qui volètent tels des papillons, métamorphose des chrysalides ayant cocouné dans l’esprit de l’écrivain,

Le livre est un apprentissage de la vie et une compréhension du monde,

Le livre est une convocation à vivre et à rêver,

la vie est comme un livre et tous les livres ont une fin.

Rosy Gérardin