Lang’âges

Gérard et Robert attendent Josette, cachés dans des buissons.

Gérard :
Yo !! J’Ai facile d’la Benner cette Cinglée !!!
J’vais la Décalquer pis l’Eclater la Frangine du gros Bernard !!!!
T’as maté la Gourdasse ??!! J’vais l’envoyer à l’Hosto rapido.
Tu lâches les Ienchs dès elle arrive.
J’te jure que J’vais m’la faire !!!!
Pis si tu vois les Keufs débouler, tu Laisses béton et on s’casse.

Une demie heure plus tard…

Gérard :
Oilou !!! C’est trop la Misère d’attendre Mec !!
T’as pas une Nuis grave ?

Robert :
Tiens Gérard. Ca va te faire du bien.

Gérard :
Un pète ??!!!! T’es un guedin !!!!!!!!!!!!!! Tu veux que j’me retrouve à Oilpé ou quoi ??!!!
Arrête tes délires et passe moi ton Pégousse.

Robert :
Je n’ai pas de parapluie Gérard.

Gérard :
Z’y va !!!! Tu sers à quoi si t’as Que dal !!!! Fais iech !!! Y’a la Rabasse qui s’pointe…

Une heure plus tard…

Gérard :
La voilà !!!! Elle déboule sur son Scoot !!!!
Elle va se faire Triper la Tronche !!!!! Ce s’ra plus qu’une serpillère !!! Mate sa Tignasse !! Dans deux secondes elle est frisée comme un mouton !!!!!! Lol !!!!!

Robert :
Ben non. Elle a un parapluie, elle.
Et pour l’instant, c’est nous qui sommes gaugés Gérard.

Sans transition…

Gérard :
Oh fuck !!! Faut qu’j’aille pisser Robert !!!!! Ca Urge là !!!!! J’suis Vénère !!! Ca fait une plombe qu’on est planqués et j’vais la râter !!!!

Robert :
Ne t’inquiète pas Gérard !!! Va te soulager tranquillement et je m’en occupe.

Gérard :
Wesh !!! Ta mère en string !!!!
Comment tu t’la pètes avec tes mots sortis du dico !!! XPTDR !!!!!!
Yoyotte pas man !!!! T’es qu’un bouffon !!! J’veux pas m’faire pécho et passer le reste de ma life en Zonzon pour une connerie que t’as même pas faite !!!!

Quand soudain…

Robert :
Oh putain !!! C’est pas Geneviève !!!!! C’est son frangin !!!! On s’casse !!!!!

Gérard :
J’peux pas Robert… J’ai mouillé mon pantalon…

Gérard :
T’inquiète pas mon Gégé. Y’a pas que ça qui est mouillé… Alors personne ne remarquera rien.
Allez. On rentre à la maison de retraite pour se sécher sinon on va tomber malade et on va encore se faire engueler. Pis c’est l’heure du goûter…

Virginie V.

****************************************

*Allumé* ce
> *Bouffon* trop
> *Cheulou,* il s’est fait
> *Décalquer* dans une
> *Embrouille* : se
> *Fighter*
> *Grave* la
> *Haine* un
> *Indic* qui se la
> *Joue*. Les
> *Keufs* en
> *Loucedé*
> *Mataient* les 2
> *Nazes*.
> *Oualou
> se faire
> *Pécho* pour
> *Que dalle*. C’est
> *Reulou*. Ils ont trop
> *Speedé* les fils de
> *Teupu*, ça
> *Urgeait* :
> *Vénères* grave,
> *Wesh*,
> *Xptdr*, y z’ont pas
> *Yoyoté* alors direct
> *Zonzon*

P. Buisson
*************************************************

La Misère

Eh Nath, t’as vu comme il m’a allumée celui-là ? Non mais tu parles d’un boulet, j’ai crû qu’il allait pas me lâcher. Il voulait absolument que je lui passe mes clopes alors qu’il est déjà complètement décalqué. Ah ça non ! Il va même pas les apprécier. Ah il croyait pouvoir m’enguirlander avec ses « ma belle, ma jolie ». Il s’est vraiment fait un film, le pauvre vieux.
Et là, en ce moment-même, tu sais où il est ? La tête dans les gogs ! J’hallucine, le type qui se croit beau et finit à quatre pattes comme un iench. Vu son état, ça risque pas de devenir mon jules. Il me fait pas kiffer grave, la gueule ouverte à cracher sa bile. Tu parles d’une lopette.
C’est vraiment la misère ma pauvre Nath. Pourquoi, mais pourquoi, je tombe que sur des nazes ? Ben oui, je soupire parce que je vois bien que ça va encore être oualou pour moi ce soir et que je vais ramener personne dans mon plumard. Quedal, impossible d’avoir un rencard potable. Ça me saoûle !
Allez, tu viens Nath ? Pour se consoler, on se ferait pas un petit tarpé ? Quand ils en auront plein le uc de se prendre des vents ces Messieurs, peut-être apprendront-ils à parler aux dames.
Wesh wesh, ma Nath. Alors, on se le fait ce trip XXL ? Yo, on y va ? On s’arrache d’ici, t’es d’acc ? C’est trop la zone cette boîte à sardines.

Alexandra

***************************************************

FABLES ACTUALISÉES

Le François et la Ségo.

Le François avait tellement fait sa feignasse à jouer de la pine tout l’été, qu’il n’eut plus rien à becter quand la cocaïne débarqua.
Plus un quignon de pain à se mettre sous la dent. Il avait la dalle François !!

Alors, il se barra chez la Ségo (à qui il avait souvenir d’avoir fait quelques moutards).
Il pensa : elle va bien me filer un truc à avaler la sainte ni touche !!!

Il se tapa l’incruste chez son ex et lui dit :
J’vous jure ! Si le TS prend une raclée aux municipales, j’vous nomme premier ministre.

Mais la Ségo, c’était pas une gourdasse. Elle savait que le François avait promis de nommer son pote Manuel. Pis elle se rappelait qu’après lui avoir fait un 7ème mioche, il l’avait laissée dans la merde en se tirant en scoot avec la Valérie au nom à coucher dehors !

Tout ça, la Ségo s’en foutait, mais comme elle était super proche de son fric, elle envoya bouler le François :
Qu’est-ce-que vous avez fait tout l’été pour plus rien avoir à bouffer ??
Ben, j’voulais faire du cinéma porno mais y m’ont dit que j’étais pas suffisamment bien gaulé. Du coup, le jour, la nuit; blondes, rousses et brunes, je baisais.
Vous baisiez ?? Et bien, bossez maintenant !!!

Toute ressemblance avec des personnages existants serait fortuite.

Virginie V.

***************************************

La Drôlesse et le Marlou

Maîtresse femme blondasse, sur ses talons perchés,
Tenait sa clope vulgairement au coin du bec.
Un jeune Marlou, par son parfum attiré,
La baratina avec des mots chelous :
« Eh, yo ma Belle !
Quel cul Poupée ! T’as l’air bonne !
Sans déc, si ta peau est aussi douce
Que ton boule est rebondi,
T’es la plus belle des morues du coin. »
Alors là, la Donzelle se sent plus pisser,
Et pensant se faire peloter sa peau de minette,
Se penche en déboutonnant sa liquette,
Laissant se balancer son pendentif.
L’apache l’arrache et dit : « Pauvre dinde,
Tu te tapes l’affiche, là, hein, Salope,
Pour avoir avalé mon baratin ?
Ça te servira de leçon, vieille bécasse. »
La fausse blonde avait trop la haine et se sentait gourdasse.
Elle jura, cracha, qu’elle se laisserait plus enguirlandée
Par un enfoiré de baratineur, quitte à finir la soirée toute seule.


Alexandra