Antoine Emaz

« Ecrire, ça ne veut rien dire, en fait. Il y a des niveaux d’écriture, comme dans un immeuble. On change d’étage suivant que l’on écrit à un ami, que l’on écrit un poème neuf, que l’on travaille à la finition d’un poème, qu’on règle des problèmes administratifs, que l’on rédige une note de lecture… Et ce sont des procédures, des mises en places internes, des dispositions très différentes. Certaines sont d’accès libre à n’importe quel moment, d’autres sont conditionnées par on ne sait quoi en dedans, qui ouvre ou ferme la porte. A force, on connaît son immeuble, on ne s’inquiète pas de voir clos le troisième et le sixième, on reste au premier. »

Antoine Emaz, Cambouis, 2009