L’animatrice

Nina Boulehouat, fondatrice de l’association Le cri de la plume, anime les ateliers.

Longtemps habitée par le moteur de l’écriture, elle a commencé à écrire tôt, pour elle, régulièrement, ou pour offrir.

En 2003, elle découvre les ateliers d’écriture à Toulouse, elle est d’emblée séduite par ce procédé qui l’emmène à la fois ailleurs et plus loin en elle-même.

Suite à cela, elle s’essaye à donner des ateliers d’écriture dans le cadre d’un accueil périscolaire, en tant qu’animatrice, pour des enfants tziganes.

En parallèle, elle rencontre l’univers du Slam, qui lui plait pour son côté accessible, ouvert et multiculturel…

Ces expériences restent comme des graines germées qu’elle ose faire éclore quelques années après, de l’autre côté de la France, à Dijon

En 2010, elle se lance pour la première fois sur la scène slam, à Dijon, lors de la naissance de la klam, animée par le collectif Casse la rime. Elle en devient coutumière et participe à son évolution durant les deux premières années. Cela la reconnecte aux ateliers d’écriture, elle retrouve son désir d’animer et décide en 2011 de se former à l’université de Lyon, avec Isabelle Sarcey (iscriptura.fr). Dans le même temps, elle participe aux ateliers de la Sardine éblouie animés par Philippe Anginot.

En septembre 2012, elle fonde avec des amis, l’association Le cri de la plume, afin de proposer des ateliers d’écriture.

Entre octobre 2012 et juin 2013, elle développe les ateliers d’écriture nomades à Dijon, ils sont mensuels et s’invitent dans des lieux insolites pour laisser jaillir l’écriture de chacun.

Depuis, elle continue de faire vivre cette association, en animant divers ateliers, certains sont réguliers, comme ceux de la MJC Montchapet ou de la bibliothèque Mansart, d’autres sont liés à des projets spécifiques, auprès de différents publics (jeunes adultes, adolescents, femmes incarcérées, jeunes migrants….).

Laisser un commentaire